Un nouveau médicament contre la maladie d’Alzheimer ?

MédicamentsLa Conférence internationale de l’association Alzheimer (AAIC) s’est tenue du 18 au 23 juillet à Washington aux États-Unis. Parmi les résultats présentés lors de cette manifestation, le cas du solenazumab, un anticorps monoclonal, a particulièrement attiré l’attention des participants.

Le Solanezumab, est en cours d’expérimentation par les laboratoires Eli Lilly à un stade précoce de la maladie d’Alzheimer et semble montrer une capacité à ralentir le déclin mental des patients. Le solanezumab réduit en effet les plaques béta-amyloïdes dans le cerveau en se liant aux peptides qui les constituent.

Efficacité seulement à un stade précoce et pour des formes modérées

2000 patients ont été suivis dans cette étude, pendant 2 ans. Ceux qui ont reçu le Solenazumab expérimentaient un ralentissement de 34% du déclin mental, et de 18% de leurs pertes de capacités à effectuer des tâches quotidiennes. Ces chiffres sont significatifs et la différence de résultats entre le groupe ayant reçu le médicament et le groupe placebo s’est maintenue pendant un an.

Des premières études avaient été jugées décevantes mais en se concentrant sur les stades précoces de la maladie, les résultats sont plus probants. Il s’agit d’un progrès indéniable contre cette dégénérescence incurable, mais on est encore bien loin du médicament miracle. Les prochains résultats sont attendus dans 18 mois.

Un problème de santé publique à l’échelle mondiale

Le nombre de personnes souffrant d’Alzheimer pourraient dépasser les 28 millions d’ici 2050 aux Etats-Unis alors que toute la génération des baby-boomers aura dépassé les 80 ans, selon de nouvelles projections présentées à l’AAIC.

Cette forte augmentation des cas se traduirait par une explosion des dépenses de santé qui représenteraient 25% du budget de l’assurance médicale des retraités américains, le Medicare, contre 2,1% aujourd’hui.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, plus de 36 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence, dont une majorité de la maladie d’Alzheimer. Ce nombre devrait doubler d’ici 2030 pour passer à 65,7 millions, et tripler d’ici 2050 à 115,4 millions si aucun traitement efficace n’est découvert dans les prochaines années.